Loyers impayés : de la caution personnelle à l’assurance, une évolution qui fait sens

Comment la sécurisation des revenus locatifs s’apprête à franchir une nouvelle étape. 

L’administrateur de biens : recherché pour sa capaciter à sécuriser la gestion locative 

En confiant la gestion de son bien immobilier à un administrateur de biens, le particulier propriétaire-bailleur fait le choix d’un mode de gestion destiné à lui apporter sécurité et tranquillité d’esprit. L’administrateur de biens mobilise à cet effet une expertise et une expérience qui fondent sa légitimité et sa valeur ajoutée. Au fil du temps, les professionnels ont pu mettre à profit plusieurs techniques afin de sécuriser les revenus locatifs de leurs clients. 

 

Cautions personnelles : des mises en œuvre couteuses et génératrices de désillusions 

Historiquement, le mécanisme de la caution personnelle et solidaire fut la première technique à être utilisée. Même couplée avec l’analyse de la solvabilité du locataire par l’administrateur de biens, cette solution classique et gratuite peut être source de nombreuses désillusions. En effet, même en caution solidaire, elle ne permet pas de garantir 100% de la défaillance du locataire voire de son garant. Ce dernier peut en effet devenir insolvable ou refuser de payer. En outre, actionner une caution personnelle prend du temps et peut nécessiter d’aller jusqu’à engager une procédure judiciaire, longue et couteuse pour le propriétaire. 

 

Assurance en « ducroire » ou « pour compte » : les garanties de loyers impayés, une solution intéressante mais qui peut comporter des inconvénients. 

Soucieux de sécuriser leurs clients, les administrateurs de biens ont proposé par la suite des alternatives assurantielles : 

  • En ducroire, c’est l’administrateur de biens qui prend directement la responsabilité d’apporter au bailleur la garantie de règlement des loyers en cas de défaillance. Mais c’est aussi lui qui supporte alors seul le risque financier et qui perd toute capacité à se désengager. Cette formule est donc source d’insécurité majeure pour le professionnel. 
  • Avec le « pour compte », l’administrateur de biens ne s’expose pas directement aux risques de non-indemnisation par l’assureur. Son rôle est simplement celui d’intermédiaire entre l’assureur et son client propriétaire avec lequel il garde la relation exclusive. Dans cette formule, pour éviter les cas de non prise en charge des impayés, l’administrateur de biens doit spécifiquement veiller à choisir une compagnie d’assurance qui sécurise la certification des locataires et qui indemnise rapidement les impayés de loyers.   

 

Garantie des loyers impayés et certification du locataire : une sécurité réelle 

Pour améliorer leur prestation de service, les administrateurs de biens et certains assureurs ont favorisé une évolution majeure qui consiste à agir sur deux plans : premièrement, faire certifier le choix du locataire pour l’octroi de la garantie par l’assureur afin qu’elle soit acquise et, deuxièmement, indemniser rapidement le bailleur si jamais le risque d’impayé se réalisait néanmoins. Dès lors, la sécurité apportée au bailleur est réelle et le rôle de l’administrateur de biens est valorisé par la qualité de la prise en charge des sinistres.

CEGC se démarque en lançant Click & Loc,
une garantie des loyers nouvelle générations

Garantie des loyers et Click & Loc : une garantie des loyers impayés avant-gardiste 

Trouver des locataires fiables alors que l’économie se transforme et voit se développer les profils atypiques et les chemins de vie non linéaires : un défi nouveau, surtout en temps de crise sanitaire et économique liée à la Covid19. 

Pour y faire face CEGC, filiale de BPCE, deuxième groupe bancaire français, se démarque en lançant une garantie des loyers nouvelle génération, un service de garantie des loyers impayés doté d’un module de certification innovant appelé Click & Loc permettant d’élargir la gamme des locataires éligibles et d’acquérir les garanties dès validation du dossier. 

Ces deux services tirent parti de la solide connaissance qu’a CEGC des métiers de l’immobilier, du marché locatif et du risque d’impayé notamment dans le cadre des cautions de prêts immobiliers aux particuliers. CEGC accorde en effet 300 000 cautions de crédits à l’habitat par an. 

L’outil apporte une réponse quasi-immédiate sur la solvabilité du locataire, la vérification des pièces importantes du dossier et intègre l’intervention d’un analyste sur les cas complexes. En outre, il ne s’arrête pas aux critères traditionnels et permet d’élargir les profils de locataires potentiels (CDD, intérimaires, intermittents, professions libérales dès l’installation…) en toute sérénité. Enfin, outre l’indemnisation dès la déclaration du premier mois d’impayé, inspirée du rapport du député Mickaël Nogal, il intègre un accompagnement personnalisé pour le recouvrement amiable et contentieux. En somme : une garantie des loyers impayés nouvelle génération !